Blanc

 
                                         

Retour

 
                                                 
                                                 
 

L'avocat Henri Blanc et l'aéronaute Emile Barlatier, président de l'Automobile Club de France à Marseille, s'associent au début des années 1900 pour construire des cerfs volants dont deux grands sont motorisés l'un avec un moteur de 1,25 cv, l'autre avec un Buchet de 2,25 cv. Les deux sont tractés par 2 hélices.

En 1906, Blanc et Barlatier conçoivent, sans succès, un premier avion monoplan monoplace avec des ailes inspirées de la chauve souris. Comme les cerfs volants il est tracté par deux hélices entrainées par un moteur central Buchet de 14 cv.

En mars 1908, un monoplan Blanc Barlatier, équipé d'un moteur R.E.P de 30 cv entraînant une hélice en aluminium à deux pales, est essayé à Marseille. L'hélice est couplée à un ventilateur de refroidissement du moteur.

En 1910, après le départ de Barlatier au Canada ,où il se rend célèbre comme aérostier, Henri et son frère s'installent à Istres et testent un monoplan léger. Puis, en 1913, Henri invente un système de stabilisation automatique et par la suite ne fait plus parler de lui dans l'aéronautique.

Parmi la production Blanc figure en 1914 un monoplan Maurice Blanc sans précision sur une parenté avec Henri.

 
         
 

 

Monoplan Maurice Blanc

"A ailerons, sans tendeurs ni haubans, à châssis d'atterrissage repliable en vol.

Envergure : 10 m.

Longueur : 8 m.

Moteur : Anzani 70 cv.

Poids à vide 350 kgr.

Vitesse 140 km/h."

J.H