Louis Paulhan

 
                                         

Retour

 
                                                 
 

Louis Paulhan est surtout connu comme l'un des meilleurs pilotes de l'époque. Par contre il n'a pas eu de grands succès en tant que constructeur d'avions.

Entre 1905 et 1908 il est affecté au Chalais Meudon pour son service militaire où il travaille avec Ferdinand Ferber. Au début de sa carrière il construit avec Louis Peyret de grands modèles réduits dont au moins un mesure quatre mètres d'envergure.

Il est capitaine du dirigeable Surcouf "Ville de Paris" et devient l'un des principaux concepteurs des monoplans Astra Kapferer.

En 1910, il s'associe à Henri Fabre et sort en 1911 sa "machine à voler" qui est semblable à l'hydravion Fabre sauf qu'il est biplan. Puis il construit un second biplan entièrement de sa conception et un triplan présenté au Concours Militaire.

 
 

 

 
                                                 
 

 

 
                                                 
 

 

Triplan PAULHAN - 1911

Louis Paulhan présente ce triplan au Concours Militaire de Reims en septembre 1911. Conçu pour être facilement démontable il est équipé d'ailes semi-métalliques repliables.

C'est un quatre places conçu en collaboration avec Antoine Odier.

Il n'est pas retenu par les militaires.

Envergure: 13,8 m. Longueur: 10,2 m. Surface alaire: 63 m2. Poids à vide: 711 kg. Poids en charge: 1.050 kg. Moteur de 60 CV.

 

 
 

 

 
 

L'aéro-torpille Paulhan-Tatin

"Longueur totale 8m 60, envergure 9m, surface 12m, poids à vide 350 kgr, moteur Gnôme 50 HP, à remarquer le châssis spécial avec amortisseurs à l'intérieur. Les ailes sont incurvées pour empêcher leur gauchissement. L'hélice est placée complètement à l'arrière, à remarquer la tige à l'avant qui sert de guidon pour la direction. Cet appareil a fait à l'essai 4  klm environ en 90 secondes." J.H

Cet appareil conçu par Tatin est piloté par Paulhan. Grâce à son aérodynamisme non seulement il vole mais de surcroît il atteint des vitesses de plus de 100 km/heure ce qui est considérable pour l'époque.

Le moteur caréné ne permettant pas un refroidissement suffisant et l'arbre de transmission sans cardan, très long, posent des problèmes et compromettent  l'avenir de cet avion étonnant qui n'aura pas de suite.