Roger Sommer

 
                                         

Retour

 
                                                 
 

Roger Sommer est le père du célèbre coureur automobile Raymond Sommer qui se tua en 1950 à Toulouse.

 
 

Le premier avion conçu par Sommer en 1909

Roger Sommer, né le 4 août 1877, commence sa carrière dans l'entreprise familiale produisant du feutre.

En 1909, il prend possession d'un appareil acheté à Henri Farman, devient pilote et se fait remarquer par sa valeur et ses exploits. Avec cet avion, il bat le record du monde de durée de vol détenu par auparavant par Wilburg Wright.

Dès 1910 il construit son premier avion, un biplan inspiré des avions Voisin et Farman. Puis il produira différents biplans et monoplans. Tous les ans des avions Sommer battent des records et l'armée passe des commandes.

 
 

 

 
 

 

 
 

Biplan Sommer - 1910

L'élément le plus caractéristique est l'empennage à incidence variable dont la commande est actionnée par une roue placée horizontalement à gauche du pilote ce qui reste une caractéristique des Sommer jusqu'en 1911. Ce système sert à contrôler la stabilité et la vitesse de l'avion.

Le pilote dispose à sa droite d'un manche à balais actionnant seulement la gouverne de profondeur frontale.

Les câbles actionnant les ailerons sont dans un premier temps attachés au gilet du pilote.

Beaucoup d'avions de ce type sont exportés notamment en Grande Bretagne, Belgique et Hollande.

 
 

 

Sommer type E

Ci-contre, le monoplan de Kimmerling est celui présenté aux "Fêtes d'Aviation, Nancy-Jarville, 7 et 8 avril 1912."

L'armée en commande 20 appareils pour en équiper le Centre Sommer.

Le type E est motorisé par des moteurs Gnôme de 50 ou 70 CV qui permettent des vitesses de 105 ou 135 km/h, ou bien d'un 35 cv Anzani.

En janvier 1912 Bathiat atteint la vitesse maximum de 155 km/h avec une moyenne de 144 km/h avec un modèle équipé d'un Gnôme 70 CV.

En été 1912, l'ingénieur en chef Tonnet employé par Sommer prépare le même avion en version biplace avec un moteur de 80 CV pour le circuit d'Anjou.

 
 

Léon Bathiat, associé de Sommer, déconseille de voler sur cet appareil auquel on a simplement ajouté une place et effectué quelques modifications. Malgré tout Kimmerling, ami de Sommer, part essayer l'appareil avec Tonnet, l'ingénieur en chef. Il s'écrase à Châlons entraînant la mort des deux passagers le 9 juin 1912.

Traumatisé par l'accident qui coûte la vie à ses deux collaborateurs il abandonne l'aviation pour s'occuper de l'affaire familiale qui en 2008 est connue sous le nom de Sommer Allibert. Pendant sa courte carrière d'avionneur Roger Sommer déclare avoir construit un total de 182 appareils.